logo snmhf

LETTRE OUVERTE

Paris, le 14 décembre 2009
 
LETTRE OUVERTE A MADAME ROSELYNE BACHELOT-NARQUIN,
MINISTRE DE LA SANTE ET DES SPORTS
 
Madame la Ministre,
 
 
Certaines informations récentes font état d'instructions données aux Préfets pour qu’ils réquisitionnent en priorité les médecins à expertise particulière (homéopathes, acupuncteurs, ostéopathes, etc.) dans le cadre du plan de vaccination contre la grippe A/H1N1.
 
 
Le SNMHF vous serait donc reconnaissant de bien vouloir lui apporter des éclaircissements sur cette information et, connaître, le cas échéant, les raisons motivant ce ciblage.
 
Vous avez récemment affirmé, pour justifier le refus d’autoriser la vaccination par les médecins libéraux dans leur cabinet, que ceux-ci sont plus utiles, sur leur lieu d’exercice, pour soigner les patients victimes de la grippe que pour pratiquer des vaccinations.

Est-il nécessaire de rappeler encore que les médecins homéopathes sont des médecins généralistes à part entière? Médecins traitants pour un grand nombre de leurs patients au même titre que leurs confrères généralistes, ils les prennent en charge avec le même niveau de compétence et répondent, dans le contexte actuel, à tous leurs problèmes de santé. A cela s’ajoutent leurs nombreuses préoccupations en relation à une communication excessive et anxiogène pour les adultes mais aussi, sommes-nous tous obligés de le constater, chez certains enfants.
 
 
Les médecins homéopathes acceptent de participer à l’effort national dans la lutte contre cette pandémie et ils n’ont pas actuellement une disponibilité de temps qui les prédisposerait, pas plus que leurs confrères, à être des cibles privilégiées de la réquisition vaccinale à la hussarde, dans le mépris des soins qu’ils prodiguent à leurs patients.
 
 
Le SNMHF revendique donc pour les médecins homéopathes un traitement équitable dans la gestion de ce dossier et vous prie instamment de renoncer, si telle était votre intention, à toute mesure discriminatoire à leur encontre. Une telle position de votre part, vous ne pouvez l'ignorer, serait particulièrement désapprouvée par l’ensemble de nos patients.
 
 
Le SNMHF se demande de plus si le ciblage des médecins à expertise particulière ne vient pas en écho à certaines dispositions figurant dans la loi Hôpital, Patients, Santé, Territoires, dispositions qui tendent à leur dénier leur spécificité dans le cadre du parcours de soins. Ces médecins sont en effet aujourd'hui médecins de premier recours mais également, pour une part de leur patientèle, médecins de second recours. Cette particularité n’a, à aucun moment, été inscrite dans la Loi HPST. Or, cette disposition figurant dans notre système de santé libéral, est très appréciée par nos patients. Le SNMHF souhaite donc vivement qu’elle soit reconduite dans la future Convention médicale.
 
 
Dans l’attente de votre réponse et des précisions demandées, je vous prie d’agréer, Madame la Ministre, l’expression de ma plus haute considération.
 
 
Docteur Dominique JEULIN, Présidente.

ImprimerE-mail

SNMHF Syndicat National des Médecins Homéopathes Français
79, rue de Tocqueville 75017 PARIS - Tél.: 01 44 29 01 31 - Fax : 01 40 54 00 66