logo snmhf

Résolution Française pour l’Homéopathie en Europe

Résolution Française pour l’Homéopathie en Europe


Syndicat National des Médecins Homéopathes Français 79, rue de Tocqueville 75017 PARIS

Syndicat National de la Pharmacie Homéopatique 20, rue de la Libération 69110 STE-FOY-LES-LYON

I - L’Homéopathie est une branche de la thérapeutique médicale. Les médicaments homéopathiques à usage humain, comme tous les autres médicaments, ne peuvent être prescrits que par des médecins qui sont seuls habilités à poser le diagnostic de la pathologie du patient et à proposer une stratégie thérapeutique adaptée. Dans leur domaine de compétence, les chirurgiens-dentistes et les sages- femmes sont également autorisés à prescrire des médicaments à usage homéopathique, selon leur propre déontologie.


II - L’enseignement de la thérapeutique homéopathique s’adresse aux docteurs en médecine ou aux étudiants en médecine en fin d’études et est délivré par des médecins expérimentés en homéopathie. Cet enseignement est à vocation universitaire.


III - La Formation en thérapeutique homéopathique des autres prescripteurs autorisés, chirurgiens-dentistes et sages-femmes, est assurée par un enseignement spécifique à ces deux professions délivré par des médecins et des praticiens de ces deux professions expérimentés en Homéopathie.


IV - Les pharmaciens ont à leur disposition plusieurs possibilités de formation en Homéopathie spécifiques à leur profession et ont, selon leur code de déontologie, un droit de prescription limité au conseil pharmaceutique.


V - Les docteurs vétérinaires peuvent prescrire des médicaments à usage homéopathique vétérinaire, dans le respect des dispositions de leur code de déontologie. Les docteurs vétérinaires peuvent recevoir un enseignement spécifique de la thérapeutique homéopathique dans le cadre de leurs écoles et de leurs organisations professionnelles.


VI - La Formation continue est la pièce maîtresse du maintien et de l’amélioration des compétences professionnelles des médecins, pour ce qui concerne la Formation Médicale Continue en thérapeutique homéopathique, elle est essentiellement réalisée au sein d’associations professionnelles.


VII - La formation continue en Homéopathie des chirurgiens-dentistes et des sages-femmes suit les règles de la formation continue spécifique à ces professions.


VIII- La liste des médicaments homéopathiques utilisés actuellement en France, doit être intégralement maintenue, tant dans la variété des souches que dans la diversité des dilutions, des teintures mères, aux hautes dilutions hahnemanniennes ou korsakoviennes. La recherche peut conduire à la découverte de nouvelles souches qui doivent pouvoir être intégrées à la pharmacopée française dès lors qu’elles répondent aux exigences de la pharmacovigilance et qu’elles apportent la preuve de leur utilité dans l’arsenal thérapeutique.


IX - La reconnaissance mutuelle des autorisations de mise sur le marché et des enregistrements des médicaments à usage homéopathique dans les différents pays membres de l’Union Européenne est indispensable pour en assurer la libre circulation.

Pour le SNMHF, le Président Docteur François GASSIN.

Pour le SNPH, le Président Jacky ABECASSIS, Docteur en Pharmacie.

ImprimerE-mail

LE MEDECIN HOMEOPATHE DANS LE MONDE MEDICAL EN METAMORPHOSE

LA FORMATION CONTINUE A LA CARTE

Depuis la publication de l’arrêté du 13 juillet 2006, la formation médicale continue est de fait accréditive. D’ici à 5 ans, chaque médecin doit acquérir 250 crédits (ou points) en se composant un menu parmi les propositions du Conseil national de la FMC. Le dispositif débutera officiellement quand les conseils régionaux de FMC seront en place, probablement d’ici septembre 2007. MODE D’EMPLOI Ce choix est le cœur du dispositif car il découle d’une mécanique implacable : pour obtenir ces fameux 250 points, il n’est pas possible de suivre un seul type de formation. En effet, il faut - obligatoirement - avoir 100 points au titre de l’évaluation des pratiques professionnelles (EPP) et 150 points dans au moins 2 des catégories de formations proposées : présentielles, individuelles et situations professionnelles formatrices.

A l’intérieur de chaque catégorie, les actions ne "rapportent" pas toutes le même nombre de points. Ainsi, la participation à une journée de FMC par un organisme agréé (une association) permet d’acquérir 8 points, l’abonnement à une revue médicale 2 points (mais il n’est pas possible d’avoir plus de 10 points à ce titre, c’est-à-dire 5 revues), les situations professionnelles (participation à des actions syndicales ou d’intérêt général) 50 points, non pas par an mais sur la période de 5 ans.

Ce système implique effectivement d’organiser et de planifier son propre programme de formation. Cette complexité oblige chaque médecin à se fixer des objectifs personnels et professionnels qui peuvent être multiples : améliorer sa pratique, élargir son champ d’activité, développer son engagement professionnel, etc. Chacun va être amené à réfléchir sur son exercice et son évolution de carrière pour être en conformité avec les textes législatifs correspondants. LES ENJEUX POUR LES STRUCTURES HOMEOPATHIQUES La révolution concerne aussi les associations de FMC et les structures qui éditent des revues médicales. Les unes et les autres doivent être agréées par le CNFMC, selon une procédure qui a été ouverte en avril.

L’enjeu est considérable pour les associations de FMC d’homéopathie. Leur agrément en tant qu’organisme formateur équivaudra à une reconnaissance de l’homéopathie.

Les préparations magistrales : UNE NOUVELLE REGLEMENTATION DEPUIS AVRIL 2007

LE CONTEXTE Les pouvoirs publics ont modifié par un décret en novembre 2006 et un arrêté publié au J.O. du 12 mai 2007 la réglementation de toutes les préparations magistrales à la fois pour limiter les accidents graves liés à l’utilisation de substances non reconnues dont la toxicité est mal documentée et bien sûr pour faire des économies.

CONSEQUENCES POUR LES PREPARATIONS MAGISTRALES HOMEOPATHIQUES Elles ne sont plus remboursées qu’au taux de 35% comme tous les unitaires homéopathiques appartenant à la liste des 1163 souches remboursées. LIBELLE OBLIGATOIRE POUR LA PRESCRIPTION La préparation n’est remboursable que si l’ordonnance porte la mention manuscrite « prescription à but thérapeutique en l’absence de spécialités équivalentes disponibles ».

L’avenir du médecin homéopathe et de notre pharmacopée nécessite une action concertée de tous les acteurs et en particulier des médecins. Le SNMHF s’engage à défendre ses adhérents qui auraient des difficultés avec la commission de qualification, mais aussi bien sûr à veiller à ce que notre pharmacopée homéopathique perdure et évolue. Un syndicat fort est une nécessité absolue et la force d’un syndicat se juge au nombre de ses adhérents. A VOUS D’AGIR !

Docteur Dominique JEULIN-FLAMME Présidente

ImprimerE-mail

SNMHF Syndicat National des Médecins Homéopathes Français
79, rue de Tocqueville 75017 PARIS - Tél.: 01 44 29 01 31 - Fax : 01 40 54 00 66