logo snmhf

NEWSLETTER SEPTEMBRE 2019

EDITORIAL

Restons tous entièrement mobilisés !


 

CB

Nous sommes plus que jamais mobilisés malgré la campagne d’homéo-bashing qui sévit actuellement autour de nous. Cette vague de mépris décourage certains confrères et leurs patients. Il est donc indispensable de nous battre sur tous les fronts : le médicament, l’enseignement universitaire, le droit au titre de médecin homéopathe, la vérité scientifique ! Cette newsletter vous en rend compte.

La décision de la ministre des solidarités et de la santé a été un fâcheux concours de circonstance et un manque de recul de sa part (les révélations du Point sur la manière dont la ministre a décidé ce déremboursement sont éloquentes à cet égard !). Surtout, nous constatons que l'évaluation de la Haute autorité de Santé (HAS) s'est faite à charge, sans la moindre prise en compte des spécificités de notre méthode et de notre approche thérapeutique. Et même aujourd’hui, les propos du décret énoncent des contre-vérités sans rapport avec les conclusions de la HAS.

En effet, l’argument selon lequel nos patients consommeraient autant de médicaments classiques que les autres, argument avancé depuis la décision du déremboursement, doit tout particulièrement faire rire (ou pleurer) les délégués à l’Assurance maladie...

Nos combats prioritaires sont les suivants :
-    Maintenir et dans notre esprit, développer, l'enseignement à l'Université où nous comptons quelques soutiens de poids, particulièrement courageux par les temps qui courent !
-    Défendre notre "droit au titre" auprès du Conseil de l’Ordre des Médecins (CNOM) auquel nous avons demandé un rendez-vous (voir paragraphe suivant).
-    Nous rapprocher des mutuelles qui souhaitent continuer à rembourser les consultations et les médicaments homéopathiques.

Ne baissons pas les bras ! Continuez à mobiliser vos patients et vos confrères.

Dr Charles Bentz, Président du SNMHF

ImprimerE-mail

NEWSLETTER MARS 2019

EDITORIAL

Notre contribution au Grand Débat National


 

CB

Pendant que la Haute Autorité de Santé nous consulte parmi toutes les parties prenantes du débat sur le remboursement de l’homéopathie (lire notre article page suivante), nous avons aussi pris part au Grand Débat national. Certes, l’homéopathie en tant que telle ne s’inscrivait pas à son ordre du jour. Pourtant le 4 mars, l’Académie de médecine a organisé un grand débat, auquel j’ai pris part. Le lendemain, elle nous a consultés afin de mieux connaître la réalité de l’enseignement médical de l’homéopathie en France. Nous nous y sommes rendus avec le Dr Antoine Demonceaux.

Notre contribution au Grand Débat est la suivante :

          Il n’y a qu’une seule médecine et la France a besoin de tous ses médecins.

         La pratique de l’homéopathie doit rester réservée aux médecins et autres prescripteurs professionnels de santé afin de garantir le choix thérapeutique du patient sans perte de chance pour lui.

          Pour ce faire, son enseignement doit être rigoureux et de préférence universitaire (comme le préconisait déjà en 1998 le rapport Lebatard-Sartre du Conseil national de l’ordre des médecins).

          La recherche et l’évaluation doivent être favorisées en milieu hospitalier avec des fonds publics.

          L’homéopathie s’intègre dans une approche de médecine intégrative telle que préconisée par un récent rapport du collège des doyens de facultés de médecines.

          Le médicament homéopathique doit continuer à être remboursé pour permettre un égal accès des patients à ces soins.

          La pratique de la thérapeutique homéopathique s’inscrit dans la définition de la santé par l’OMS : « La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité ».

Dr Charles Bentz, Président du SNMHF

ImprimerE-mail

NEWSLETTER FEVRIER 2019

EDITORIAL
Partis pris... et à prendre !
 
 

CB

Nos dernières Assises, samedi 19 janvier 2019, ont permis de faire le point sur une année 2018 qui n’a ressemblé à aucune autre, même si l’homéopathie a toujours été attaquée depuis ses premiers succès, c’est-à-dire depuis qu’elle existe.

Pourtant l’activité syndicale a repris avec la même vigueur, guidée par une actualité toujours aussi abondante. Pour le seul mois de janvier, la consultation de la mission d’évaluation de la HAS, qui a recueilli les contributions, dont la nôtre, jusqu’au 27 janvier, nous a mobilisés. Vous en trouverez une synthèse dans ce numéro. 

Mais dans cette phase de consultation, les médias se sont à nouveau intéressés au débat sur l’efficacité de l’homéopathie. Point d’orgue, l’émission Enquête de Santé sur France 5 le 15 janvier. Certains de nos adversaires ont aussi tenté diverses pressions, à travers des prises de position publiques. De notre côté, notre posture est simple : contribuer à un débat dépassionné qui tienne compte des pratiques médicales et de la liberté de choix des patients.

Dr Charles Bentz, Président du SNMHF

 

ImprimerE-mail

NEWSLETTER DECEMBRE 2018

EDITORIAL

Crise... Menace et opportunité

CB

On dit parfois que l’idéogramme qui compose le mot « crise » en chinois associe la notion de « menace » à celle d’« opportunité », en tout cas de point de bascule. La crise que traverse l’homéopathie semble faite pour le confirmer.

Menace ? Les actions engagées partout dans le monde pour écarter l’homéopathie du champ de la pratique médicale le sont, de toute évidence, dans plusieurs pays d’Europe comme au Brésil. Notre syndicat, par exemple, a récemment adressé aux autorités espagnoles un texte de soutien à nos confrères. L'Espagne veut notamment que l'Europe retire à l'homéopathie le statut de médicament. Sa requête a été rejetée par la commission européenne, considérant notamment que l'actuelle réglementation apporte « l'équilibre nécessaire à assurer la qualité, la sécurité des produits ainsi que l'information des consommateurs et des professionnels de santé. »

Dr Charles Bentz, Président du SNMHF

 

ImprimerE-mail

Newsletter Mars 2018

 

EDITORIAL

"La médecine a besoin de tous les médecins !"     

 Doc2

L'assemblée générale de votre syndicat a renouvelé sa confiance à notre équipe le 10 mars dernier, au terme d'une journée marquée par des échanges de grande qualité.
Merci à tous nos adhérents de votre confiance ! Vous découvrirez la composition du nouveau bureau du SNMHF : six femmes et trois hommes, tous médecins homéopathes exerçant le plus souvent en libéral. Le renvouellement progressif des membres nous relie à nos confrères les plus jeunes tout en restant fidèles aux engagements de ceux qui nous ont précédés. A cet égard, merci à ceux d'entre nous qui quittent le conseil d'administration pour le travail accompli.

Dr Charles Bentz, Président du SNMHF

 

ImprimerE-mail

SNMHF Syndicat National des Médecins Homéopathes Français
79, rue de Tocqueville 75017 PARIS - Tél.: 01 44 29 01 31 - Fax : 01 40 54 00 66